Veuillez appuyer sur la touche entrer ⏎ pour valider la recherche

Trucs et Astuces

Une entreprise montréalaise vendant du poisson fumé épinglée pour insalubrité

Une entreprise montréalaise vendant du poisson fumé épinglée pour insalubrité
0
Partages
Partager sur Facebook

Alors que certains d'entre vous salivent en pensant à un bon bagel au saumon, une entreprise montréalaise qui vend du poisson fumé dans la grande majorité des épiceries de la province s'est fait épingler pour insalubrité. Les locaux de productions se distinguent par une saleté assez alarmante.

C'est La Presse qui rapporte cette nouvelle qui est en train de faire le tour de la province. En effet, l'entreprise montréalaise National Herring Co. dont les marques La Boucanerie et Adar sont vendues dans la majorité des épiceries de la province s'est fait épingler pour insalubrité. Le quotidien indique que l'inspection des aliments de la Ville de Montréal qui a visité les locaux de productions à Anjou s'est rendu compte que la saleté y était bien installée. Moisissures, excréments de rongeurs et peinture qui s'écaille au-dessus des aliments y sont très fréquents.

La Presse indique que l'année qui vient de s'écouler fut particulièrement difficile pour National Herring Co. qui n'a pas eu d'autre choix que d'effectuer 5 rappels de produit entre le printemps 2019 et le printemps 2020. Une statistique importante qui s'explique par la crainte de l'entreprise que ses consommateurs soient contaminés la listériose. Le quotidien s'est procuré des rapports d'inspection et d'infraction qui sont loin d'être flatteurs. Les inspectrices parlent notamment d'«équipements malpropres en contact direct ou indirect avec les aliments» et de l’«eau souillée tombant sur des barquettes». 

Crédit photo: Service d'inspection des aliments de la Ville de Montréal

La Presse explique que l'inspection des aliments de la Ville de Montréal est formelle concernant cette entreprise qui produit du poisson fumé, de la mayonnaise, des vinaigrettes et des tartinades. Selon elle, National Herring Co. a fabriqué des produits alimentaires «en n’ayant pas empêché que leur entreposage soit susceptible d’affecter leur salubrité», le tout fait dans des lieux qui «ne sont pas propres». Des constats datant de 2017 et 2018, mais la Ville de Montréal a cependant refusé d'en dire plus au quotidien.

Crédit photo: Service d'inspection des aliments de la Ville de Montréal

Cédric Essiminy, un conseiller en communication de la Ville de Montréal, a tout de même apporté une précision à La Presse en déclarant que «la présence de Listeria monocytogenes dans les produits rappelés par l'entreprise est un indicateur de mauvaises pratiques de fabrication, pouvant mener à un risque pour la santé humaine». De son côté, National Herring Co. a réagi à cette situation gênante par l'intermédiaire de Ty Diep, qui a été engagé pour que des choses pareilles ne se reproduisent plus. Il a comparé cette situation gênante à «une claque dans la face».

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock

Nos plus populaires ...