Trucs et Astuces : Dans quelques jours, il y aura du changement dans les épiceries Metro du Québec!
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Dans quelques jours, il y aura du changement dans les épiceries Metro du Québec!

Une première dans le milieu des supermarchés de la province.

Publié le par Ma Fourchette dans Trucs et Astuces
Partager sur Facebook
2,093 2.1k Partages

Afin de faire sa part pour l’environnement, la chaine Metro offrira dès le 22 avril à sa clientèle la possibilité d’apporter leurs propres contenants pour y mettre certains produits achetés, comme la viande, les fruits de mer, ou des mets cuisinés, entre autres.

Metro deviendra ainsi la première grande chaîne de supermarchés québécois à procéder a accepter cette pratique, qui existe déjà dans certaines petites épiceries de quartier aux valeurs écologiques et qui permette à leurs clients de réduire leur consommation d’emballages à usage unique.

À partir du 22 avril donc, les employés de certains comptoirs, comme celui de la charcuterie, des viandes, des mets cuisinés et de la pâtisserie déposer les aliments commandés dans les contenants de plastique réutilisables et les sacs de type Ziploc fournis par ceux et celles qui le demanderont.

Adobe 

Metro a expliqué que les clients étaient de plus en plus nombreux à en faire la demande, ce qui a encouragé la chaine à mettre en place le service.

Cette nouvelle politique sera en en place dans tous les Metro de la province. Toutefois, ce ne sera pas encore le cas chez Super C ainsi que dans les épiceries Metro situées en Ontario.

Préalablement, des tests ont été effectués dans trois supermarchés.

« Il y a des clients qui sont très contents. D’autres qui se posent des questions. Alors on fait de l’éducation en même temps. C’est sûr que ça va gagner en popularité, on le sait que c’est une mouvance mondiale » a confié à La Presse le vice-président aux opérations de l’enseigne Metro, Denis Brisebois.

La chaine IGA risque elle aussi d’offrir ce service à sa clientèle, même si, pour le moment, cette pratique « n’est pas recommandée » aux marchands-propriétaires pour des raisons de salubrité ».

« On a un comité de développement durable qui travaille très fort là-dessus et ça devrait se concrétiser bientôt », a indiqué la porte-parole Anne-Hélène Lavoie à La Presse.

Métro n’aurait semble-t-il pas déterminé quelle proportion de sa clientèle allait apporter ses contenants à court et moyen terme à l’épicerie, mais la chaine s’attend à ce que l’initiative connaisse un succès sans  grandissant.

« J’ai l’impression que ça va faire boule de neige. C’est un mouvement qui va s’accentuer », a dit Denis Brisebois à la Presse. Il promet d’ailleurs qu’il fera lui-même ses courses avec des contenants, dans ses sacs réutilisables.

Selon lui, « Quand il est question de suremballage, on ne peut pas se mettre la tête dans le sable, se dire qu’on n’est pas préoccupés. »

Metro affirme qu’il ne s’agit pas pour elle d’économiser sur l’achat de barquettes en styromousse; ce n’est pas l’objectif. On ne connait pas les coûts de mise en place du programme, qui incluent principalement de la formation d’employés.

La chaîne d’alimentation s'est accommodée des règles du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation en vigueur. Elle affirme que l’enjeu principal de sa démarche a tourné autour de la réflexion autour des types de récipients.

« On était très concernés par la salubrité. Il a fallu regarder les types de contenants », explique monsieur Brisebois

Adobe 

Les contenants de verre ne seront pas acceptés, car en cas d’un bris dans un comptoir rempli d’aliments, ces derniers devraient être jetés.

Le pot de margarine et tous les autres contenants « avec un nom de compagnie » sont également interdits, car ils possèdent un code à barres susceptible  de provoquer une confusion aux caisses.

Seront interdits aussi les plats souillés, tachés, abîmés ou fissurés, car Metro ne veut  pas être tenu responsable, advenant une contamination croisée.

Métro n’exclut pas non plus la possibilité de remettre sur le marché les sacs à fruits et légumes réutilisables qu’il proposait à ses clients il y a déjà 10 ans. À l’époque, le produit n’avait pas obtenu le succès espéré, mais « c’était une bonne idée », dit monsieur Brisebois.

Clients de Metro, penserez-vous dorénavant à apporter vos contenants pour faire l’épicerie?

EBook
EBook
Partager sur Facebook
2,093 2.1k Partages
Imprimer Sauvegarder sur Pinterest

Source: La Presse
Crédit Photo: ads